Under the sand, 2017/2019

Documentation du travail en cours, projet Under the sand, 2017/2019
Performances, conférences, workshops, dispositifs ...

http://under-the-sand.org/

http://www.lelieuunique.com/evenement/under-the-sand/




ébrèchement voiture, performance, Oued el Melah, Gafsa, 2017
 ébrèchement carton, performance à l'Economat, photographie, poussière de Redeyef, Tunisie, 2017 
Clonisation, tôle de voiture abandonnée, Gafsa, 2017
 Sismographie automobile du territoire
Tracé performatif réalisé au crayon rouge sur le trajet entre Gafsa et Sousse A/R 
dans le carnet de voyage (piqure comptable) acheté à Gafsa. 
Mise en oeuvre d’un processus de métamorphose d’objets, de changement de statut par des actions performatives à l'empreinte rythmique forte: marches, ébrèchements, martèlements, percements
Epave et tôle de voiture, briques, pneu, carton, pylône électrique, poussière; tous ces objets et matériaux sont retravaillés avec des gestes performatifs tels que des marches, des ébrèchements, des percements, des martèlements, au pied, au poinçon, au marteau et au sabre. Il s’agit d’une investigation du territoire de Gafsa par l’action physique de transformer les objets et ré-interroger leurs contextes d’apparition à Gafsa ou Redeyef. Ces matériaux urbains font signe et s'imposent dans l'espace visuel de Gafsa par leur présence répétée voir systématique. Ces matériaux: un pylône électrique, la poussière de Redeyef de terre et de phosphate, les briques, rentrent en résonance avec le contexte post-colonial de crise économique et politique, de soulèvements et conflits urbains dans l'histoire récente de la révolution Tunisienne (Redeyef, Gafsa, Kasserine…). 


Crédits Photos: ©Benoit Travers
Sensation de prendre une bouffée d’air, de retrouver une inspiration depuis longtemps restée en profondeur à l’arrivée à Tunis. 
(Sensation retrouvée suite à 5 voyages en Afrique noire.) Marche à Gafsa un matin très tôt du lieu d’hébergement jusqu’au centre ville, puis dans le quartier des artisans.
Nécéssité de marcher, de vagabonder et de donner à la sensation de cette ville une échelle du corps et non l’échelle d’un moyen de locomotion motorisé.
Plus de lenteur fluide, dilater le temps, un rythme ouvrant un regard plus curieux, plus investigateur qu’a travers les vitres d’une voiture sur les amoncèlements, les enchevêtrements de matériaux délaissés à même la terre des rues des forgerons du centre ville, ou presque enfouis dans le sol du Oued El Melah de Gafsa : Métaux, sac ou fibres plastiques, cartons, carrosseries de voiture, épaves, tas de briques brisées, tas de matériaux de constructions…
Inscriptions, tags et peintures écaillées sur les murs de la ville.
Travail de documentation photographique:
Espaces urbains et péri-urbains et Actions/processus/réalisations d’objets.
C’est aussi une investigation des commerces de matériaux de construction, outils traditionnels ou pour l’automobile ( Pneus, Briques, plaques de métal, pièges à loup …).